l m m j v s d
 
 
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
 
 
 
TOUTE L'ANNÉE
ven 06, 19H00 / mer 06, 18H00 / mer 20, 18H00 / mar 27, 19H00 / ven 30, 19H45

Théâtre et Histoire

Jean-François Boulanger, agrégé d’histoire et doyen honoraire de l’UFR Lettres et Sciences Humaines de Reims, porte un regard particulier sur une sélection de spectacles et en propose une analyse singulière.

Entrée libre
sur réservation rp@lacomediedereims.fr

 

La Cerisaie
vendredi 6 octobre 19h : Une Russie entre deux mondes

"La Cerisaie est à la foi de son temps et hors du temps. De son temps, elle l’est car la pièce nous parle d’une Russie rurale qui a considérablement changé depuis l’abolition du servage en 1861. Un vieux monde aristocratique est en train de mourir. Un autre va prendre sa place. Hors du temps, La Cerisaie l’est aussi parce que, loin des deux capitales de l’Empire, Moscou et Saint-Petersbourg, les protagonistes ne semblent pas concernés par la révolution qui va bouleverser leur pays quelques années plus tard. Et, cependant, si la révolution bolchevique n’avait été qu’une longue parenthèse ? Alors Tchekhov, non seulement serait de son temps mais annoncerait le notre, celui de la Russie d’aujourd’hui, et peut-être pas que de la Russie…"

 

SAÏGON
mercredi 6 décembre 18h : De Saïgon-1954 Ho Chi Minh-Ville-2017, que sont « "nos" Indochinois devenus… » ?

L’Indochine est une construction géographique coloniale. Il en reste un film, le nom d’un groupe de rock. Que reste-t-il aujourd’hui de ce passé colonial, sachant que la France a totalement quitté la région (contrairement à l’Afrique) et une autre guerre a succédé à la guerre d’Indochine. Qu’est-ce qu’être Vietnamien aujourd’hui, à Paris ou à Hanoi, ou à Saïgon ? Le Vietnam : une nation qui est ancrée dans l’histoire, et, par ailleurs, s’est construite de nouveau contre ses colonisateurs, et aussi ses voisins (Chine, Cambodge).

 

Cyrano de Bergerac
mercredi 20 décembre 18h : Cyrano de Bergerac (1619-1897) ou comment le théâtre transforme l’histoire

1619 : naissance de Savinien de Cyrano de Bergerac. 1897 : première de la pièce. Comment passe-t-on de l’un à l’autre ? Comment fait-on, dans le contexte d’une montée du nationalisme (affaire Dreyfus, puis montée vers la guerre), d’un écrivain marginal un héros français par excellence, qui devient à sa manière un lieu de mémoire, adapté à l’opéra, au cinéma, etc.

 

Pour l'amour de Léon
mardi 27 mars 19h

Guerre et Paix : il n’est pas nécessaire de l’avoir lu pour connaître ce classique. On peut avoir vu le film de King Vidor ou la série passée récemment sur France 2 et coproduite par... Harvey Weinstein – si ! -. Et si l’on oubliait Weinstein et si l’on revenait aux conditions historiques qui ont présidé à l’écriture de l’œuvre. Car ce n’est pas à Hollywood qu’est né Guerre et Paix, mais à 200 kilomètres au Sud de Moscou dans le domaine de Iasnaïa Poliana… Et Tolstoï n’avait rien de Weinstein…

 

À nous deux maintenant
vendredi 30 mars 19h45 au Cinéma Opéra

Regard et analyse sur l’œuvre de Bernanos et la pièce présentée à la Comédie avec Jean-François Boulanger, en présence du comédien Dimitri Doré, révélé dans À nous deux maintenant, lors de sa création en novembre dernier.
Sur le papier à lettres du Grand Hôtel Continental de Reims ("café, restaurant, grand garage") Georges Bernanos écrit le 25 février 1925 : "Oui ! J’ai terminé mon livre !". Il s’agit de Sous le soleil de Satan. Inspecteur de la Compagnie d’assurances « la Nationale », Bernanos arpente l’est de la France et écrit dans les hôtels de commis-voyageurs. Le succès de Sous le Soleil de Satan va lui permettre de vivre de sa plume. Vivre, mais mal ! Lorsque naît son sixième enfant, sa situation matérielle devient très difficile. C’est alors qu'il décide d’écrire un roman policier, Un crime. Bernanos devient-il pour autant un simple auteur de "polar" ?

La conférence est suivie de la projection du film Sous le Soleil de Satan, 20h45 - Cinémas Opéra

 

Crédit : Gg