l m m j v s d
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
 
 
 
 
27 FÉVRIER
mar 04, 19H00 / mer 27, 18H00

Théâtre et Philo

Radio Comédie : toutes les rencontres et conférences sont disponibles en écoute et téléchargement 2 jours après sur notre SoundCloud ! c'est ici

 

Mercredi 27 février 18h autour de La Collection
Regard et analyse sur la pièce, avec René Daval, professeur de philosophie et psychanalyste.

Le thème de la pièce de Pinter tourne autour du mensonge. James veut la vérité sur ce qu’il s’est passé à Leeds entre sa femme Stella et Bill, tous deux créateurs de mode. Bill vit chez Harry. On ne sait ce que veulent vraiment les personnages : ils semblent être à la recherche de leur propre mémoire. Nous sommes aussi à l’époque des fake news : la vérité semble nous échapper. Durant cette conférence, René Daval développera différents points pour tenter de démêler le vrai du faux.  

Rendez-vous en entrée libre, sur réservation

 

 

Mardi 4 décembre 19h autour de La Dame aux camélias

Regard et analyse sur la pièce, avec René Daval, professeur de philosophie et psychanalyste.

La pièce est de 1852, période qui se passe sous le Second Empire. Elle est marquée par le romantisme : l’amour est valorisé, l’amour "vrai", alors que l’amour vénal est condamné. La pièce joue de l’ambivalence des deux amours, la dame aux camélias étant une prostituée de luxe qui ruine ses amants, mais aussi une femme au grand cœur qui se sacrifie pour la famille de son amant Armand. En termes freudiens, on peut dire que Marguerite est dominée par son çà, mais entend son surmoi. L’ordre social face à la toute-puissance du désir voilà le sujet de la pièce. Kierkegaard verrait dans le personnage de Marguerite une femme qui vit à la fois le stade esthétique et le stade éthique, ce qui est aussi le cas de son amant. La pièce condamne l’importance de l’argent à l’époque : le père d’Armand veut protéger son fils de la ruine et assurer un beau mariage à sa fille, les amants de Marguerite sont très riches et pensent que l’argent permet de l’acheter facilement. L’amour des deux personnages apparaît presque comme un rêve, l’expression du désir, mais il est impossible et Marguerite le sait. Les relations entre les sexes ici sont médiatisées par l’argent.

Crédit : Gwendal Le Flem